Delirium T3 de Lauren Oliver


Résumé :

 
Après avoir sauvé Julian d’une condamnation à mort, Lena et ses amis regagnent la Nature. Mais celle-ci n’est plus un lieu sûr, des rebellions ont éclaté partout dans le pays et les Régulateurs sont postés à la frontière, à l’affût de toute transgression. Le gouvernement ne peut plus nier l’existence des Invalides et la menace qu’ils représentent. Tandis que Lena mène la Résistance prenant chaque fois plus de risques, sa meilleure amie Hana vit une vie sans amour au bras du jeune maire de Portland… Leurs récits se déroulent en parallèle, leurs voix alternent : quand les deux amies se retrouveront-elles ?
 
L’auteur :
 
Titulaire d’un diplôme de philosophie et de littérature à l’université de Chicago, Lauren Oliver a ensuite suivi une formation en arts à l’université de New York. Elle a brièvement travaillé comme assistante d’édition chez un éditeur new-yorkais, avant de se consacrer entièrement à l’écriture.

Editions : Hachette (Black Moon)
Année de publication : 2013
Nombre de pages : 416
 
Ne pas lire la suite si vous n’avez pas lu les deux premiers livres ! Ceci est un bilan de la saga. Gros spoiler.
Mon avis :
 

Tout d’abord, comme pour le deuxième tome, je regrette le choix du nom Delirium 3 alors qu’initialement il se nomme Requiem
A ce stade de la saga, je ne parlerai pas du style d’écriture de l’auteur mais principalement de l’histoire.
 
Dans ce dernier tome, la narration change à nouveau. Elle se fait désormais entre Lena et Hana. Nous suivions donc les deux vies en parallèle, l’une dans la Nature où Lena s’est réfugiée et l’autre à Portland, une ville sous l’emprise des Valides, ceux qui ont subit le Protocole.
Dans les pensées d’Hana, nous découvrons le fonctionnement du cerveau après l’opération. Elle se sent soulagée, plus rien ne l’atteint. Finalement elle réalise que c’est peut être ce qui lui convenait le mieux comme vie. Malgré l’intervention chirurgicale, elle recommence à rêver. Elle s’en inquiète et se demande si cette dernière a bien fonctionné. Elle a des doutes car elle a toujours des envies, des désirs.
Destinée à épouser le futur maire de la ville, Fred Hargrove, Hana devient une figure de la mondanité locale. J’ai rapidement senti que Fred serait le « méchant » de l’histoire. Hana a mis beaucoup de temps à le comprendre comparé au lecteur. Mais il faut dire qu’on ne se doute pas parfois de la nature des gens dont on est les plus proche, on lui pardonne ! On a envie de lui dire « mais fuis cette homme ! Quitte la ville ! » mais d’un côté rien ne l’attend ailleurs et sa vie lui plaît telle qu’elle est. La vie de Lena n’est pas quelque chose qu’elle cherche.
 
Ensuite, côté Lena, on assiste à une véritable escapade dans la Nature. Après cette brève rencontre avec sa mère à la fin du tome 2, on reste frustré de ne pas savoir pourquoi ? On voudrait avoir les réponses que Lena attend. Il faudra attendre plus de la moitié du livre pour assister aux retrouvailles. Pour le coup, l’auteur a su garder le suspens.
 
Concernant Alex, cela me laisse croire que les garçons aiment nous rendre jalouses pour que l’on réalise l’importance de nos sentiments envers eux. Rien qu’en lisant, j’étais jalouse de la relation entre Alex et Coral, une nouvelle membre de la colonie, à la place de Lena ! Malgré l’amour qu’elle avait pour Julian, elle a réalisé, après un certain temps, qu’il ne serait jamais aussi fort qu’avec Alex.
 
 
Pour ma part, j’ai beaucoup apprécié la fin, sans épilogue. Les dernières phrases nous fixent dans le moment présent. C’est un peu la façon de vivre, la devise, des Invalides: Carpe Diem. Une fin qui, selon moi, va parfaitement avec l’histoire.
 
Quand à la mort de Raven, j’ai envie de dire qu’il faut toujours un mort dans une bonne saga. Sa mort est tellement rapide, surprenante et inattendue qu’on ne réalise pas ce qu’il vient de se passer. On est vraiment pris dans l’action à ce moment là. Comme dans les films, on visualise la scène au ralenti. Ca nous percute lorsque l’on voit la douleur de Tack, sa moitié. 
 
D’ailleurs concernant ce couple, si personne ne les avait vu partir dans les bois, je ne me serais pas douté qu’ils étaient ensemble. Je raconte ça comme si on m’avait rapporté le potin, preuve que je me suis vraiment prise à l’histoire !
 
C’est fou ce que notre vie personnelle peut influer sur nos lectures. Je me suis retrouvée dans beaucoup des réactions de Lena. L’auteur m’a même fait réaliser certaines choses, m’a aidé à mieux comprendre des sentiments que j’avais eu.
Cette saga m’a beaucoup plu par l’expression de sentiments qui me sont familiers et par une histoire originale et prenante. Un monde dystopique dans lequel Lauren Oliver m’a emmené avec plaisir.
 
Ma note : 9/10
Publicités

Une réflexion sur “Delirium T3 de Lauren Oliver

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s