Par un matin d’automne de Robert Goddard

Résumé : 
 
A la fin des années 1990, Leonora Galloway, une Anglaise, entreprend un voyage en France avec sa fille Penelope. Toutes deux ont décidé de se rendre à Thiepval, près d’Amiens, au mémorial franco-britannique des soldats décédés durant la bataille de la Somme. Le père de Leonora est tombé durant la Première Guerre mondiale, mais la date de sa mort pose problème, car Leonaora est en effet née un an après. Ce qui pourrait passer pour un banal adultère de guerre va en fait révéler une terrible histoire de secrets de famille, l’ombre d’un meurtre jamais résolu. On se retrouve transporté en 1914, dans un manoir anglais pour revivre les étapes d’un drame qui a marqué 3 générations.
 
L’auteur :
 
Journaliste puis enseignant, Robert Goddard a dirigé un établissement scolaire dans le Devon pendant plusieurs années avant de se consacrer entièrement à l’écriture. Il vit aujourd’hui à Truro, dans les Cornouailles.
 
Editions : Le Livre de Poche
Année de publication : 1988
Année d’édition : 2011
Nombre de pages : 542
 
Mon avis :
 

Le hasard a fait que, marchant dans les rayons de la Fnac, je me suis retrouvée à lire la 4e de couverture de ce livre. Il était placé à côté de la chick-lit et je ne m’attendais pas qu’un thriller/policier soit positionné juste là ! 
Ce livre avait tout pour me plaire : une intrigue se déroulant en Angleterre dans un manoir à l’époque de la Première Guerre mondiale, le tout saupoudré de meurtres et de secrets familiaux. On pourrait le qualifier de petit Agatha Christie. 
Pour commencer il y a un petit détail qui m’a marqué sur la couverture. Le héros de l’histoire est un soldat anglais or celui de la couverture porte une sacoche avec l’inscription US ! Mauvais choix de l’éditeur. 
L’histoire se décompose sur plusieurs générations de la famille à des époques différentes et pour mieux me repérer, je me suis fait un petit un arbre généalogique. Je l’ai fait suite à mon premier blocage par rapport aux noms des personnages. En effet, il se trouve que la mère de Leonora s’appelle … Leonora, et oui ! 
Ce livre m’a beaucoup plu mais il faut dire que je ne suis pas une habituée du style policier donc il y peut être mieux. Les personnages ont chacun leur caractère avec leurs petits secrets et le lieu des meurtres est très bien choisi : un manoir passé entre les mains de plusieurs générations de la famille Powerstock, un peu excentré de la ville avec un grand domaine. L’inspecteur Shapland, un retraité très lucide remis à l’emploi à cause de la guerre, met en avant l’absurdité d’effectuer une enquête sur un meurtre alors qu’en France des millions de soldats sont en train de se faire tuer.
Mon plus grand regret est le fait d’avoir dû interrompre ma lecture, j’aurais aimé le lire d’une traite. Je l’ai lu en une semaine et j’étais tellement plongé dedans que j’essayais de lire pendant mes cours (c’est mal). A chaque fois, je me disais, j’arrête. Mais en fait je ne pouvais pas m’en empêcher, je voulais savoir la suite.
 
En tout cas, je peux dire que l’auteur sait maintenir le suspens car tout au long du livre il a remis en doute mes suppositions. L’histoire était vraiment prenante et pourtant je trouve qu’il manquait LE truc.. Comme une scène d’action, une bagarre. Il était peut être un peu mou.
Une bonne lecture malgré cette petite faiblesse.
 
Ma note : 8/10
Publicités

Une réflexion sur “Par un matin d’automne de Robert Goddard

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s