Le Cercle des poètes disparus de N.H. Kleinbaum

Résumé :
 
Il fut leur inspiration.
Il a transformé leur vie à jamais.
A Welton, un austère collège du Vermont, dans les années 60, la vie studieuse des pensionnaires est bouleversée par l’arrivée d’un nouveau professeur de lettres, M.
Keating.
Ce pédagogue peu orthodoxe va leur communiquer sa passion de la poésie, de la liberté, de l’anticonformisme, secouant la poussière des autorités parentales, académiques et sociales.
Même si le drame – le suicide d’un adolescent déchire finalement cette expérience unique, même si Keating doit quitter le collège, il restera pour tous celui qui leur a fait découvrir le sens de la vie.
Le roman du film-événement de Peter Weir, Oscar 1990 du meilleur scénario, qui a bouleversé des centaines de milliers de spectateurs.
 
L’auteur :
 
Nancy Horowitz Kleinbaum a étudié à l’université de Northwestern d’Evanston aux États-Unis de 1966 à 1970. Elle est habituée à écrire des livres à partir de films. Elle vit à New York avec son mari et ses trois enfants et est journaliste auprès du magazine « Lifestyles » pour lequel elle réalise diverses interviews.
 
Editions : Le Livre de Poche
Année de publication : 1991
Année d’édition : 2012
Nombre de pages : 191

 
Mon avis : 
 
Le Cercle des poètes disparus est un film qui m’a énormément plu et que j’ai déjà vu de nombreuses fois. Le livre étant dans le Baby Challenge Contemporain 2013, il m’était évident de le lire. 
J’ai été très surprise d’apprendre que le livre a été écrit à partir du film, en général c’est l’inverse. L’adaptation dans ce sens n’apporte strictement rien. Quand on lit un livre après avoir vu le film, ce qui est intéressant, ce sont les anecdotes et les détails supplémentaires, ce qui n’est pas décrit ou coupé au montage. Or ici il n’y a vraiment rien de plus. C’est juste le film posé à l’écrit de manière très simple et sans style.
Mis à part ce détail, l’histoire est absolument magnifique. Ce que j’apprécie particulièrement, c’est de pouvoir lire tous les poèmes cités dans le film et d’avoir le nom de leurs auteurs. En les lisant, on a plus le temps d’en analyser les sens. Et on les trouve d’autant plus beaux. L’auteur le plus cité est Walt Whitman mais en lisant le passage où les garçons invitent des filles dans la grotte, j’ai pu réaliser que les sonnets que Charlie Dalton prétend inventer sont ceux de Shakespeare ! (ceux que j’avais lu dans Sors de ce corps, William).
 « Oserais-je te comparer à un jour d’été ? Non, tu es plus douce et plus tempérée. »
 
On retrouve parfaitement l’humour des jeunes garçons qui se taquinent en permanence. On ferait bien partie de leur groupe.
Mais les acteurs interprètent tellement bien leurs rôles que je n’ai pas pu m’empêcher de revoir certaines de leurs mimiques ou intonations de voix. Et je pense en particulier à Robin Williams dont le jeu est indispensable à la lecture car lui seul a le don de faire ces petits sourires en coin et ce regard malicieux décrit dans le livre. Si je n’avais pas vu le film, l’ironie que dégage ce personnage n’aurait peut être pas été aussi bien interpreté pendant la lecture.
J’ai retenu une citation de Keating qui m’a plu : « L’homme n’est jamais aussi libre que lorsqu’il rêve; cela fut, est et restera la vérité. »

 

Il y a tellement de citations possibles, cette histoire en est gorgée ! Je vous conseille vivement de voir ce film qui donne goût en la vie : CARPE DIEM diront les élèves de Welton !
 
« Aux Vierges, pour qu’elle profitent du temps présent,
Cueillez dès maintenant les roses de la vie
Car le temps jamais ne suspend son envol
Et cette fleur qui s’épanouit aujourd’hui
Demain sera flétrie. »
Ronsard
 
Lire ce livre fut l’équivalent pour moi de revoir le film. J’ai plus retenu l’histoire que le style d’écriture. Ce fut un moment très agréable.
 
Ma note : 9/10
 
 
Publicités

7 réflexions sur “Le Cercle des poètes disparus de N.H. Kleinbaum

  1. Marinette dit :

    Comme toi, j'ai lu ce livre après avoir vu le film (ce que je n'aime pas faire). Le film est une merveille, je suis bien d'accord avec toi pour le jeu des acteurs et surtout de Robin Williams. C'est eux qui porte l'histoire.
    J'avais bien aimé le livre, mais (encore une fois, comme toi), il ne m'a rien apporté d'autre que le film.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s