Z le Roman de Zelda de Therese Anne Fowler

Résumé :

 
Elle a 17 ans, c’est une belle du Sud, petite dernière d’une famille bourgeoise de Montgomery, exubérante et fantasque. Quand elle le rencontre lors d’un bal, il a 21 ans, porte l’uniforme et veut vivre de sa plume. Bravant les conventions, elle part l’épouser à New York, quelques jours après la sortie de son premier roman, L’Envers du paradis. Le livre est un immense succès, et les deux amoureux deviennent instantanément célèbres, propulsés dans un tourbillon de fêtes effrénées entre Long Island, Paris et la Riviera française. Elle, c’est Zelda ; lui, c’est Scott : ils viennent d’entrer dans la légende.
Mais l’insouciance de la vie mondaine, les dépenses folles et les flots de champagne détruisent l’harmonie du couple. Tandis que Scott sombre dans l’alcoolisme, la délaisse et l’accuse de tous les maux, Zelda lutte corps et âme pour exister. Écriture, peinture, danse, elle cherchera éperdument son identité jusqu’à en perdre la raison, et disparaîtra de façon tragique dans l’incendie de son dernier asile. Toute sa vie, elle sera restée dans l’ombre de l’homme qu’elle a aimé à la folie. Ce roman lui rend enfin sa voix.
 
L’auteur :
 
Therese Anne Fowler est née dans l’Illinois et est diplômée de l’Université de Caroline du Nord en sociologie et en création littéraire. Elle enseigne la fiction littéraire et était assistante éditoriale pour le magazine littéraire Obsidian III avant de partir pour écrire à temps plein. Therese a deux garçons et vit aujourd’hui avec son mari en Caroline du Nord.
 
Editions : Michel Lafon
Année de publication : 2013
Nombre de pages : 424
 
Mon avis :
 

Tout d’abord, je tiens à remercier les éditions Michel Lafon qui m’ont envoyé ce merveilleux roman ! C’est mon tout premier partenariat. J’étais très impatiente en attendant l’arrivée du roman dans ma boîte aux lettres et je n’ai pas été déçue !
Zelda Scott Fitzgerald couple

Zelda et Scott Fitzgerald

J’ai connu le couple Fitzgerald dans le film de Woody Allen, Minuit à Paris. Gill rencontre, lors d’une soirée, ce couple mythique et on sent immédiatement que Zelda n’est pas une femme comme les autres. C’est une femme de caractère et son personnage m’intrigue beaucoup. Quand j’ai découvert qu’une biographie romancée sur elle était proposée en partenariat, je me suis tout de suite lancée. 
Je dois dire que la couverture est très belle et que la tranche rouge aux motifs des robes d’époques a beaucoup de charme.
Le hasard fait bien les choses. Peu de temps avant de recevoir le livre, je suis allée voir Gatsby le Magnifique au cinéma, que j’ai énormément apprécié ! Des confettis, de la musique, des explosions de couleurs, de l’alcool, la vie de Gatsby est une fête. Je suis restée dans l’ambiance du film pendant plusieurs jours, en partie grâce à la bande son que j’écoute en boucle. Je n’ai pu m’empêcher d’associer les personnages principaux au couple sans savoir vraiment pourquoi, que ce soit avant ou après avoir vu le film. Mais j’ai pris conscience en lisant Z le Roman de Zelda que ce sentiment était justifié.
 
midnight in paris scott zelda fitzgerald

Alison Pill and Tom Hiddlestone dans Minuit à Paris

 
L’histoire commence en Alabama où Zelda Sayre a 17 ans. Son accent du Sud marqué lié à sa beauté en font un être charmant. Lors d’un bal, elle rencontre F. Scott Fitzgerald, un jeune militaire se présentant comme un écrivain. Ils tombent rapidement amoureux l’un de l’autre. Commence alors la grande aventure qu’est leur vie.
 
Zelda refuse de répondre aux conventions de l’époque. Elle ne veut pas être semblable à sa mère. Elle ne porte pas de corset et marche pieds nus. Avec Scott, ils font parti d’une génération qui veut être plus libre, en dehors de normes sociales de l’époque. 
Ce qui est surprenant chez Zelda, c’est qu’elle est en avance sur son temps. Alors qu’aujourd’hui on la définirait comme une femme pleine de vie, rigolote et avec une répartie à la fois massacrante et drôle, elle était à son époque considérée comme une folle.
 
Ils partent tous les deux dans différentes grandes villes, incapables de rester indéfiniment au même endroit. Mais l’un des passages que j’ai préféré est leur lune de miel à New York. Malgré la prohibition de l’alcool, les Fitzgeralds enchaînent les soirées arrosées dans les speakeasys. Ce sont des bars situés en sous-sol où l’on sert de l’alcool de contrebande. Il existe toujours une petite sortie à l’arrière pour s’enfuir dans le cas où la police s’inviterait à la soirée. Toute la mondanité de New York s’y retrouve. Suite au succès de son premier roman L’envers du paradis, Scott se retrouve à la une des magasines du fait de ses frasques lors de ces fameuses soirées. Des soirées de débauche qui l’ont largement inspiré pour ses romans. D’ailleurs, j’y ai découvert que quasiment toutes ses oeuvres représentaient des parties de sa vie et les difficultés de son couple. Les médias associent immédiatement la flapper Roselind de son roman, à Zelda, une jeune femme affriolante et qui aime les excès. Choquée au départ, Zelda deviendra ce personnage mondain que Scott lui impose et se prendra au jeu. Au final, on ne sait plus très bien si les personnages sont inspirés du couple ou si le couple est devenu les personnages. Ils deviennent à cette période le couple le plus glamour du milieu artistique.
 
New York est une ville incroyable au yeux de Zelda. Elle est en premier lieu marquée par l’architecture pittoresque de la Pennsylvania Station avec sa grande verrière. Puis par l’association entre les buildings comme le Woolworth Building et la cathédrale Saint Patrick. J’étais aussi stupéfaite qu’elle en lisant ces passages et j’ai pu visualiser l’architecture des bâtiments grâce à mes souvenirs de la Big Apple mais également en allant faire des recherches sur Internet.
 
 
Mais Zelda découvre peu à peu le caractère de son époux et la magie des premières années de mariage s’efface peu à peu. Scott est misogyne et ne laisse pas sa femme s’exprimer. Il va jusqu’à publier des textes qu’elle a écrit sous le nom de F. Scott Fitzgerald  en prétextant que son nom est plus vendeur. Elle est tellement éblouie par le talent de son mari qu’elle est convaincue qu’elle n’en a pas. Scott ne la contredit pas d’ailleurs. Pourtant son rôle dans l’élaboration de ses romans est primordial. Elle le conseille au fur et à mesure de son écriture. Elle acquiert une grande culture littéraire en lisant beaucoup et en participant à de nombreux débats avec leurs amis écrivains. 
 
Evidemment, comme dans le contexte dans lequel je les ai découvert, le passage à Paris est fantastique. Ils vont devenir les symboles de la Génération Perdue qui regroupe de jeunes écrivains américains venus s’installer à Paris pendant l’entre-deux-guerres. Ses plus célèbres membres sont Ernest Hemingway, Dos Passos, Ezra Pound, T.S. Eliot et Gertrude Stein. Ils vont fréquenter d’autres artistes comme Picasso, Matisse, Salvador Dali, Cole Porter… Le rêve ! 
 
Voici un extrait du livre dans lequel un inconnu décrit assez bien Scott : « Vous êtes le véritable porte-parole de la jeune génération, de l’Amérique qui danse, qui flirte, l’Amérique frivole qui philosophe avec légèreté. » p.168
 
Ce roman a avant tout rendu sa voix à Zelda. Elle a vécu dans une époque où les femmes ne peuvent être ambitieuses et se faire par-elle même. Grâce à ce roman, on prend conscience de ses sentiments. Elle a de nombreux talents tels que l’écriture, la danse et la peinture. Elle pourrait gagner sa vie toute seule grâce à ça mais Scott refuse. Elle doit être dévouée à son mari et à sa famille, ses loisirs personnels passeront après. Du moins, c’est ce que la société lui impose. 
Les ennuis continuent. Scott sombre dans l’alcool, ses livres ne se vendent plus, il n’écrit plus, il voit d’autres femmes, Zelda tombe malade. Elle est également une mère congédiée de ses fonctions par un défilé de gouvernantes strictes choisies par Scott. Il estime qu’avec des parents aussi irresponsables qu’eux, leur fille a besoin d’une personne saine pour l’élever.
 
Zelda détestait Hemingway mais la véritable raison est inconnue. Cette haine a généré des médisances à l’encontre de Zelda. Il disait à Scott que s’il n’arrivait pas écrire, c’était de la faute de son épouse et qu’elle ruinait également leur vie de couple. L’auteur s’est accordé une petite liberté pour justifier cette haine que j’ai trouvé osée mais drôle car elle correspondrait tout à fait à l’attitude de Zelda. Par son point de vue, on arriverait presque à détester Hemingway comme elle. Cela me donnera une opinion différente lorsque je lirai ses oeuvres. D’après Zelda, c’est un homme qui a besoin d’exprimer comme il peut sa virilité et qui aurait mieux fait d’être acteur plutôt qu’écrivain ! Et toc ! Comme l’explique l’auteur dans sa partie remerciement à la fin du livre, il est très difficile de savoir si le fort caractère de Zelda a réellement fait dérailler le couple. En lisant diverses biographies, elle en a conclu qu’il y avait une équipe Scott et une équipe Zelda. 
 
J’ai été complètement absorbée par ce livre. J’ai voyagé avec eux. J’ai vécu leurs bons et mauvais moments. J’ai fait la fête à New York, Saint Raphaël, Paris. Je n’avais pas envie de finir le livre juste pour rester avec ce couple et surtout avec cette femme à la force mentale hors du commun. Sa vie méritait qu’on en parle. Elle est un exemple pour l’émancipation de la femme sans militantisme féministe. Car malgré tout, elle est restée dévouée à son mari. Z le Roman de Zelda est un véritable coup de coeur. Ce roman m’a également donné encore plus envie de m’intéresser à cette époque des années 20 et surtout de lire les oeuvres de Scott et de Zelda. En effet, elle a publié un unique roman dans lequel l’histoire reflète clairement sa vie de couple tourmentée. Le Roman de Zelda fait parti des livres qui restent à l’esprit plusieurs jours après l’avoir lu. Pour conclure, depuis que j’ai lu ce livre, je ne peux m’empêcher de raconter la vie de Zelda à tout le monde ! J’admire énormément cette femme qui a suivi ses désirs, qui a su pardonner et se faire pardonner.
Je remercie à nouveau les éditions Michel Lafon qui m’ont offert cette évasion littéraire !
 
Ma note : 10/10
Publicités

8 réflexions sur “Z le Roman de Zelda de Therese Anne Fowler

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s