Le lièvre de Vatanen de Arto Paasilinna

Résumé :

 

Vatanen est journaliste à Helsinki. Alors qu’il revient de la campagne, un dimanche soir de juin, avec un ami, ce dernier heurte un lièvre sur la route. Vatanen descend de voiture et s’enfonce dans les fourrés. Il récupère le lièvre blessé, lui fabrique une grossière attelle et s’enfonce délibérement dans la nature.
Ce roman-culte dans les pays nordiques conte les multiples et extravagantes aventures de Vatanen remontant au fil des saisons vers le cercle polaire avec son lièvre fétiche en guise de sésame. Il invente un genre : le roman d’humour écologique.

 

L’auteur :

 

Arto Paasilinna est né en Laponie finlandaise en 1942. Successivement bûcheron, ouvrier agricole, journaliste et poète, il est l’auteur d’une quarantaine de romans dont Le meunier hurlant, Le lièvre de Vatanen, La douce empoisonneuse, et en 2003 Petits suicides entre amis, romans cultes traduits en plusieurs langues.

 

Editions : Folio
Année de publication : 1975
Année d’édition : 2013
Nombre de pages : 236

Mon avis :

 

J’ai découvert ce roman dans le cadre du Challenge Cap au Nord, le but étant de lire des ouvrages d’auteurs des pays de l’Europe du Nord (ici la Finlande). La quatrième de couverture indique que c’est un roman culte dans les pays nordiques et humoristique. Ce sont ces mots qui ont attiré mon attention. Je me suis lancée optimiste dans ma lecture.

Le personnage principal est Vatanen. On sait de lui qu’il est journaliste, qu’il est marié mais pas amoureux de sa femme. Sur un coup de tête, il décide de partir dans la forêt d’où provient le lièvre qu’il vient de renverser en voiture. Il le soigne et tous les deux partent pour de nouvelles aventures. Le roman devient une épopée au cœur de la nature qui me rappelle vaguement Into the wild mais en moins philosophique. Pour trouver un logement et de quoi manger, le personnage principal n’hésite pas à aller voir les gens et faire des rencontres. Chaque chapitre possède un nom et donne plus ou moins une idée des personnes ou des situations que Vatanen avec son lièvre vont rencontrer. Il va pratiquer différents métiers typiques du pays pour essayer de gagner un peu d’argent comme éleveur de rennes.

C’est en ne comprenant pas pourquoi Vatanen ne prévenait pas sa femme avec son portable et ne faisait pas de virement sur Internet que j’ai réalisé que le livre avait été écrit en 1975. Les nouvelles technologies nous brouillent vraiment l’imagination. 

Vatanen effectue un grand parcours à travers la Finlande qui lui fait passer un long moment en Laponie et aller même jusqu’en URSS. Les décors ont l’air très beaux d’après les descriptions et c’est un pays que j’aimerais beaucoup découvrir. On imagine au milieu des bois la cabane de Vatenen, uniquement accessible en ski de fond

La rencontre de Vatanen et des habitant des villages qu’il traverse est souvent accompagné d’une importante consommation d’alcool qui rend certains mauvais. Je n’ai pas apprécié certaines scènes du fait de cette tristesse émanant de l’alcool. Néanmoins il est intéressant de découvrir le mode de vie des habitants des pays du Nord.

De temps en temps, on a peur que le lièvre soit arraché à Vatanen ou qu’il lui arrive quelque chose. En effet, ce lièvre apprivoisé provoque parfois l’envie et la jalousie. Je crois que je me suis attachée au lièvre comme à mon chat !

Le livre s’achève par la traque de l’ours qui est impressionnante. C’est à la fin que j’ai découvert que c’est une histoire inspirée de faits réels. Vatanen est un homme 
qui va au delà des limites des gens formatés par la société. C’est un esprit libre de toutes contraintes.

J’ai apprécié les décors et le concept de l’homme se promenant avec son lièvre dans sa poche mais l’humour décrit dans le résumé était peu présent de mon point de vue. La différence entre la culture scandinave et ma culture latine en est certainement la cause.

Ce « road-trip » ne m’a pas vraiment touchée, je me suis sentie à côté de l’histoire.

 
 
Ma note : 6/10
Publicités

4 réflexions sur “Le lièvre de Vatanen de Arto Paasilinna

  1. Frankie dit :

    Je l'ai lu l'année dernière et j'avais beaucoup apprécié. C'est vrai que c'est parfois assez particulier mais j'ai beaucoup aimé le côté décalé de l'histoire (et le lièvre ! :)).

    J'aime

  2. Clé dit :

    Oui c'est vrai que c'est complètement décalée comme histoire mais cette fois ci, je n'ai pas réussi à adhérer bien que j'apprécie ce style habituellement.
    Par contre le lièvre est super ! Grand rôle 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s