La septième vague de Daniel Glattauer

Résumé :

Leo Leike était à Boston en exil, le voici qui revient. Il y fuyait la romance épistolaire qui l’unissait en esprit à Emmi. Elle reposait sur trois principes : pas de rencontres, pas de sexe, pas d’avenir. Faut-il mettre un terme à une histoire d’amour où l’on ne connaît pas le visage de l’autre ? Où l’on rêve de tous les possibles ? Où les caresses sont interdites ? «Pourquoi veux-tu me rencontrer ?» demande Leo, inquiet. «Parce que je veux que tu en finisses avec l’idée que je veux en finir», répond Emmi, séductrice. Alors, dans ce roman virtuose qui joue avec les codes de l’amour courtois et les pièges de la communication moderne, la farandole continue, le charme agit, jusqu’au dernier mail…

L’auteur :

Daniel Glattauer, né à Vienne en 1960, écrit depuis 1989 des chroniques politiques et judiciaires pour le grand journal autrichien Der Standard. Il est l’auteur de plusieurs livres, jamais traduits en français. Quand souffle le vent du nord est son plus grand succès (plus de 750 000 exemplaires vendus, sélectionné pour le prix du meilleur roman allemand en 2006).

Editions : Le livre de Poche
Année de publication : 2011
Année d’édition : 2012
Nombre de pages : 280
2e livre de la série Emmi et Leo

Mon avis :

Malheureusement je n’ai pas fait de chronique du premier livre puisque ce blog n’existait pas encore cependant je me souviens que le système de narration de Quand souffle le vent du Nord m’avait plu. En effet, Leo et Emmi s’échangent des mails et tout le livre est construit sous forme de réponses de mails. Ce système est réutilisé dans La septième vague. J’avais été marquée par le réalisme des sentiments échangés et la sensation étrange de tomber amoureux par écrit sans connaître le visage de l’autre. Une relation par correspondance permet en général de voir le meilleur de la personne et est plus facile qu’une relation « réelle ».
Après un premier livre qui m’avait plu, je souhaitais lire la suite et c’est Nadou qui me l’a offert lors du Swap Cher Journal
Mais pour en venir aux faits, La septième vague ne m’a pas du tout emportée. Finalement, j’avais la sensation que le premier roman se suffisait à lui-même et qu’il n’y avait pas besoin de suite. D’autant plus que le personnage d’Emmi m’insupportait de plus en plus durant ma lecture. Elle a tout ce qu’il y a de pire chez la femme : la jalousie et l’esprit de contradiction. Lui a l’innocence facile des hommes et sait comment se faire désirer par sa gentillesse et par son côté « je fais passer ton bonheur avant le mien ».
Bref, j’ai fini ce livre en diagonale car je ne supportais plus leurs conversations « je t’aime moi non plus » et leurs changements d’avis permanents. Je n’éprouvais plus aucun plaisir durant ma lecture. Peut-être que cette histoire avait fini par devenir trop proche du réel (retenue des sentiments, jalousie, éloignement, dépression…). C’était trop pour moi, ce n’est pas le genre de lecture que je cherchais.
L’auteur aurait mieux fait de s’arrêter au premier tome.

Ma note : 3/10
Publicités

6 réflexions sur “La septième vague de Daniel Glattauer

  1. Marinette dit :

    Le côté romance épistolaire me plait bien.
    Ma petite sœur a ces livres, donc je les lui piquerai un de ces quatre =)
    D'ailleurs, je crois qu'elle était assez d'accord avec toi, cette suite n'est pas à la hauteur du premier. Mais bon, j'ai quand même envie de les lire ^^

    J'aime

  2. Pinklychee dit :

    J'ai ressenti exactement la même chose que toi! Emmi m'a tapé sur les nerfs, et ça a vraiment été une lecture laborieuse! Heureusement que c'était un prêt et que je ne l'avais pas acheté, je l'aurais vraiment regretté pour le coup ^^

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s