La petite fille de Monsieur Linh de Philippe Claudel

la-petite-fille-de-monsieur-linh-philippe-claudel-goncourt
Résumé :

Monsieur Linh est un vieil homme. Il a quitté son village dévasté par la guerre, n’emportant avec lui qu’une petite valise contenant quelques vêtements usagés, une photo jaunie, une poignée de terre de son pays. Dans ses bras, repose un nouveau-né. Les parents de l’enfant sont morts et Monsieur Linh a décidé de partir avec Sang diû, sa petite fille. Après un long voyage en bateau, ils débarquent dans une ville froide et grise, avec des centaines de réfugiés. Monsieur Linh a tout perdu. Il partage désormais un dortoir avec d’autres exilés qui se moquent de sa maladresse. Dans cette ville inconnue où les gens s’ignorent, il va pourtant se faire un ami, Monsieur Bark, un gros homme solitaire. Ils ne parlent pas la même langue, mais ils comprennent la musique des mots et la pudeur des gestes. Monsieur Linh est un cœur simple, brisé par les guerres et les deuils, qui ne vit plus que pour sa petite fille.

L’auteur :

Ecrivain traduit dans le monde entier, Philippe Claudel est aussi cinéaste et dramaturge. Il a notamment publié aux Editions Stock Les âmes grises, La petite fille de Monsieur Linh, Le rapport de Brodeck, romans qui ont connu un grand succès public et ont été couronnés par de nombreux prix. Membre de l’académie Goncourt, il réside en Lorraine où il est né en 1962.

Edition : Le livre de poche
Année de publication : 2005
Année d’édition : 2012
Nombre de pages : 184

Mon avis :

J’ai reçu ce roman dans le cadre du swap Coup de coeur. J’avais repéré ce petit roman sur la blogosphère dont les avis étaient très positifs.
Le titre m’a suffit à comprendre que ce roman serait tendre et raconterait une histoire fusionnel entre un grand-père et sa petite fille.

Ce qui est surprenant durant cette lecture, c’est que les noms des pays dans lesquels se déroulent l’histoire ne sont jamais cités. Bien que l’on imagine parfaitement un pays d’Asie et les Etats-Unis pendant la guerre (Vietnam ou Japon).

Monsieur Linh se retrouve complètement seul avec sa petite fille dans un nouveau pays dont il ne connaît ni langue, ni la culture. La rencontre avec Monsieur Bark est pleine d’émotion. Malgré la barrière de la langue, les deux hommes se retrouvent tous les jours, pour oublier leur solitude. En racontant chacun leur passé, ils parviennent à créer une complicité.

Ce livre est très basé sur l’émotion, sur l’humanité. Cette étrangeté humaine d’avoir envie de faire confiance à quelqu’un alors qu’on ne parle même pas la même langue. Cependant, si au début le côté émouvant m’atteignait, il ne le faisait plus à partir d’un moment.

La fin est prévisible. Je n’ai pas été surprise. Le peu de pages ne m’a peut être pas permise d’assez m’imprégner de l’histoire. J’avoue être un peu déçue par rapport à ce que j’en avais entendu dire.

Ma note : 5/10
Publicités

2 réflexions sur “La petite fille de Monsieur Linh de Philippe Claudel

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s