Tu n’as rien à craindre de moi de Joann Sfar

couv-sfar.jpgRésumé : 

C’est l’histoire des meilleurs moments de l’amour : ils se rencontrent, se regardent, se parlent des nuits entières, s’aiment sans cesse… il la peint, elle s’amuse à être peinte… et après ?

Joann Sfar, l’auteur du Chat du Rabbin, nous livre dans cet album plein de vie une variation libre, brillante et enlevée sur le binôme éternel que forment la création et l’amour.

L’auteur : 

Joann Sfar est né en 1971. Dès ses premiers pas dans la bande dessinée, il s’est affirmé comme l’un des chefs de file de cette nouvelle génération d’auteurs, apparus dans les années 1990. Auteur d’une centaine d’albums comme dessinateur, scénariste ou les deux à la fois, on lui doit quelques sagas comme Le Chat du rabbin, Donjon (qu’il coécrit avec son complice Lewis Trondheim), Pacsin ou Le Petit Vampire.

Histoire de remplir encore plus un quotidien déjà surchargé, il s’est mis en tête de devenir réalisateur de films, avec Gainsbourg (vie héroïque), récompensé par un César, et l’adaptation en dessin animé du Chat du rabbin, récompensé par un autre César. Mais il n’a pas cessé pour autant de se consacrer à la bande dessinée. Il continue chaque jour à dessiner sans relâche et à publier des albums, comme Les Lumières de la France, Klezmer ou Chagall en Russie. D’après ses proches, il paraît qu’il trouve aussi le temps de dormir et de s’occuper de ses enfants.

Editions : Rue de Sèvres

Année de publication : 2016

Nombre de pages : 98

Mon avis : 

Joann Sfar ne m’est pas inconnu puisque Le Chat du Rabbin se trouve dans la bibliothèque familiale sans que je ne l’eusse jamais lu. J’ai commencé à le connaître à travers le film Gainsbourg, Vie Héroïque et encore plus lors d’une émission avec les dessinateurs de Charlie Hebdo. Cet homme a une façon de s’exprimer qui est envoûtante. Il a des opinions bien tranchées qu’il parvient à partager avec enthousiasme et un discours qui pourrait en convertir plus d’un. Joann Sfar est également un homme qui touche à tout : dessinateur, réalisateur, journaliste, écrivain… Son art n’a pas de limite et tout semble lui réussir.

C’est avec Tu n’as rien à craindre de moi que j’ai pu lire ma première BD de cet auteur. Je n’apprécie pas particulièrement ces traits de crayons un peu brut. Ils s’opposent totalement au style d’écriture. Le texte est doux et philosophique. En partie car l’histoire aborde l’amour entre un artiste peintre Seabearstein et une étudiante en épigraphie latine surnommée Mireilledarc.

sfar planche mireilledarc.jpg

L’écriture est belle et le texte subtil. J’ai eu la sensation de ne pas comprendre toutes les choses cachées dans ce texte mais sans savoir pourquoi j’ai été envoûtée.

Art, religion, sexualité, recherche de soi, tous ces thèmes sont abordées avec habilité.

Extrait : « La principale résistance à l’art contemporain c’est « je pourrais faire pareil ». C’est un art qui demande plus de talent au public qu’à l’artiste. »

Il n’y a pas vraiment de liens entre les différentes scènes/planches. Il s’agit plus d’extraits de la vie d’un couple, leurs moments forts.

J’ai en particulier le personnage de Protéine, l’amie de Mireilledarc. Une vraie pipelette qui se remet en permanence en question suite à ses échecs amoureux. Protéine est drôle, dynamique et fait une belle analyse de la société actuelle en ce qui concerne les rencontres amoureuses. C’est un vrai contraste face au calme et à l’élégance de Mireilledarc. On aurait facilement pu penser que Joann Sfar s’est projeté dans le personnage de Seabearstein et pourtant, lors d’une interview sur France Inter, il a déclaré qu’il se sentait beaucoup plus proche de Protéine.

Si en surface, on retiendra l’histoire d’amour entre un peintre et sa muse, on remarquera que plus profondément des subtilités de discours et de confidences font presque oublier l’histoire de base.

Sans être certaine d’avoir perçu toutes les nuances du texte, cette BD marque l’esprit et m’en laisse un souvenir agréable.

Ma note : 7/10

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s