L’erreur est humaine de Woody Allen

woody allen l'erreur est humaine couvertureRésumé :

Dans L’erreur est humaine, Woody Allen renoue avec un sens du décalage, de la dérision et de l’absurde qui rappelle l’esprit de ses premiers films. Avec, comme toujours, des dialogues à hurler de rire.

L’auteur :

Né en 1935 à Brooklyn, il est auteur, compositeur, musicien, et surtout l’un des cinéastes américaines les plus prolifiques de ces quarante dernières années.

Ses premiers amours vers le cabaret et le billet humoristiques l’ont mené à réaliser son premier film en 1969 Prends l’oseille et tire-toi. Suivront par la suite les fameux films Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le sexe sans jamais oser le demander (1972), Annie Hall (1977) et Manhattan (1979).

Le réalisateur trouve principalement son public en Europe où ses films sont très appréciés. Ils sont d’ailleurs régulièrement présentés au Festival de Cannes hors compétition.

Son dernier film Café Society est présenté en film d’ouverture au Festival de Cannes 2016.

Editions : J’ai lu

Année de publication : 2007

Nombre de pages : 221

Mon avis :

Il y a deux mois, au Festival de Cannes, Woody Allen présentait son dernier film Café Society. A l’affiche Jesse Eisenberg, Kristen Stewart et une magnifique Blake Lively dévoilant les jolies rondeurs de la grossesse. Après avoir vu le film, il était obligé de débriefer avec mes collègues de bureau à savoir :

 « – Alors comment tu l’as trouvé ?

Du Woody Allen quoi. Un milieu aisé, des blagues juives et des questions existentielles. »

Avec un rythme de quasiment d’un long métrage par an, il est vrai qu’il y a certaines similarités entre les films de Woody Allen. Ce qui ne les empêche pas d’être divertissant. Ce dernier film est donc un classique du genre et ne remplacera pas dans mon coeur Match Point ou Minuit à Paris.

Suite à ces discussions, ma collègue m’a prêté un recueil de nouvelles rédigées par Woody Allen, L’erreur est humaine.

On retrouve immédiatement le ton utilisé dans ses films. On pourrait presque imaginer sa voix présentant les protagonistes de l’histoire à une vive allure. C’est d’ailleurs l’une des choses qui m’a gêné dans ma lecture. L’humour de Woody Allen est dynamique et nécessite soit une rapidité de lecture que je n’ai pas ou l’utilisation du langage oral. Cela reste néanmoins un support intéressant pour ses oeuvres.

L’humour utilisé tout au long du recueil a différentes formes. On peut retrouver l’absurde, l’humour noir, la dérision, le décalage.

Ces nouvelles sont comme des courts-métrages inédits de Woody Allen. Sur un ton léger, elles ont néanmoins un sens profond à dégager. En effet, on y trouve des questions existentielles qui amènent à réfléchir sur notre place dans la société en tant qu’individu, faut-il rentrer dans le moule, l’individualisme a-t-il encore sa place alors que tout le monde veut faire comme l’autre, comment manipuler la pensée commune et en tirer du profit ..?

Ces petites lectures divertissantes ont l’avantage de pouvoir être lu à n’importe quel moment. J’ai préféré tout lire d’une traite pour ne pas garder ce livre en lecture en cours indéfiniment. Le concept d’entrecouper ses lectures par quelques nouvelles reste plutôt intéressant.

Si j’ai pris du plaisir à découvrir ces histoires « inédites », je préfère Woody Allen au cinéma car l’écriture casse son dynamisme à mon goût.

Ma note : 6/10

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s