Oh Boy de Marie-Aude Murail

oh-boy-marie-aude-murail

J’ai pour habitude de m’assoir devant ma bibliothèque et d’y admirer les livres que j’ai déjà lu. Dernièrement j’ai fait la même chose chez ma mère. Mes yeux se sont posé sur le livre de Marie-Aude Murail « Oh boy ». Mes souvenirs d’enfance me sont revenus en pleine poire. Marie-Aude Murail était l’une des auteurs incontournables du CDI du collège. Je me souvenais de la couverture avec les barbies toutes nues. Des amis de mes parents me l’avait offert quand j’avais 10 ans mais je ne l’avais jamais lu. Moi qui était habituée aux littératures jeunesse, ce livre blanc immaculé me paraissait trop « adulte » par son résumé et sa couverture. Et en effet. J’ai été surprise par la quantité de thèmes abordés dans ce livre : le suicide, l’assistance sociale, l’homosexualité, la violence conjugale, la maladie

Je me suis demandée comment j’aurais réagi à cette lecture à l’âge où on me l’a offerte…

Adulte aujourd’hui, j’ai trouvé l’histoire prenante avec une écriture très agréable, fluide. Les émotions sont présentes. « Oh boy » est la phrase favorite de Barthélémy. Il est le potentiel tuteur de la fratrie Morlevent comprenant l’ado de 14 ans Siméon, Morgane 8 ans et Venise 5 ans. Tous les trois se retrouvent sans parent suite à l’abandon de leur peur et le suicide de leur mère. Deux tuteurs potentiels : Barthélémy le demi frère homosexuel, ou Josiane l’ophtalmologue reconnue par leur père mais sans aucun lien de sang. La réflexion sera terrible pour Laurence, la juge aux affaires familiales, afin de choisir le tuteur des enfants.

Extrait :

« – Je ne sais pas du tout ce qu’on me veut, mais je plaide non-coupable, dit Barthélémy d’une voix bizarrement gnangnan. Oh, boy ! Tu es là, Josiane ?
Sa demi-soeur ne prit même pas la peine de lui répondre.
– Monsieur Morlevent, le prévint la juge assez solennellement, vous êtes en présence de votre demi-frère et de vos deux demi-soeurs, Siméon, Morgane et Venise Morlevent.
– De mon… de mes…, suffoqua Barthélémy.
Venise s’était enfin plantée devant lui, son dessin à la main.
– Je t’ai fait une maison, lui expliqua-t-elle. C’est celle où on va habiter avec toi. Là, c’est mon lit en hauteur et là, c’est le congélateur.
Barthélémy se baissa pour mieux entendre les commentaires de la petite. A chaque nouvelle précision, il faisait : « Oh, boy ! » l’air effaré.
– Je t’ai dessiné trois coeurs avec ton nom parce que je t’aime un peu, beaucoup, à la folie.
Ils se regardèrent, presque nez à nez, et Venise posa la question fondamentale, celle qui permet d’opérer un premier tri entre les méchants et les gentils.
– Tu aimes les bisous ? »

Les personnages de « Oh boy » parviennent à garder leur humour dans des situations dramatiques. L’humour ne signifie pas forcément prendre les choses à la légère. Il peut aussi être un moyen d’affronter la tristesse et permettre de ne pas sombrer plus.  La citation choisie au début du livre traduit la puissance de l’humour.

« L’humour est une déclaration de dignité, une affirmation de la supériorité de l’homme sur ce qui lui arrive. » – Romain Gary

 

4 réflexions sur “Oh Boy de Marie-Aude Murail

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s