Maurice de E.M. Forster

MAURICE-FORSTER

Le roman de Forster, Maurice, doit être abordé dans un premier temps par l’histoire de sa publication. En effet, l’homosexualité est un sujet extrêmement tabou au début du XXe siècle. Dévoiler son homosexualité peut mener à de la prison à vie en Angleterre. Son auteur s’est librement inspiré de sa vie personnelle pour écrire Maurice. Il refusa donc que ce roman soit publié de son vivant. Maurice, bien qu’écrit en 1914, fut donc publié en 1971, après la mort de son auteur.

Nous découvrons Maurice, un jeune garçon anglais d’une classe sociale moyenne. Il a grandi dans de bonnes conditions : une grande maison, des domestiques à la maison… mais sa famille ne fera jamais partie de la haute puisque son père travaillait à la City, Londres. Ils n’étaient ni aristocrates ni rentiers. Maurice a tout de même eu la chance d’aller dans de belles écoles mais il a personnalité d’un élève moyen. Un garçon tellement moyen dans tous les domaines qu’il ne se fait pas remarqué sauf lorsqu’il devient prétentieux avec les classes inférieures à lui.

« Sunnington fut la seconde étape dans la vie de Maurice. Il la parcourut sans se faire remarquer. Elève médiocre, quoique meilleur qu’il ne le prétendait, il ne brillait pas davantage en sport. Si d’aventure on s’apercevait de son existence, on le trouvait sympathique, car il avait un visage gai et ouvert et se montrait sensible aux marques d’amitié. Mais les garçons de son genre étaient légion et il se confondait dans la masse. Il connut le lot commun – se fit consigner, fut fouetté une fois, grimpa laborieusement de classe en classe jusqu’en terminale classique, et devint d’abord préfet de sa maison, puis préfet du collège, et membre de la première équipe de rugby. »

Maurice se construit à travers les années et devient un jeune homme. Avec plus de caractère, il commence à se singulariser par sa conversation et sa repartie.

Lors de ses études supérieurs, il va rencontrer Clyde Durham, un étudiant plus âgé que lui. Ensemble ils vont s’appliquer à l’exercice de l’argumentation. C’est ce que l’on attend de jeunes hommes issus de telles écoles. Si les discours ne dévoilent rien de plus qu’une relation amicale, leurs gestes témoignent de leur affection mutuelle. Leurs mots sont aussi discrets qu’une tendre caresse dans des cheveux courts.

« Vers la fin du trimestre, ils abordèrent un sujet encore plus délicat. Ils assistaient au cours de version du doyen lorsque Mr Cornwallis interrompit l’étudiant qui « débrouillait » le texte et indique d’une voix neutre : « Vous pouvez sauter la ligne, il s’agit d’une allusion à l’inqualifiable vice des Grecs. » En sortant Durham déclara qu’il méritait d’être destitué pour une telle hypocrisie.
Maurice se mit à rire.
– Je ne me place d’un strict point de vue helléniste. Les Grecs, du moins pour la plupart, avaient ce penchant et le passer sous silence c’est ignorer la clé de voute de la société athénienne.
– Vraiment ?
– Vous n’avez pas lu Le Banquet ?
Maurice avoua son ignorance et se garda d’ajouter qu’il avait parcouru Martial.
– Tout est contenu là-dedans. Bien sûr ce n’est pas une lecture pour enfant de choeur, mais vous devriez le lire. Faites-le pendant les vacances. »

La relation de Maurice et Clyde est une histoire d’amour à une époque où la société n’était pas prête les accepter.

Maurice de E.M. Forster publié aux éditions 10/18. Difficile à trouver, il m’a fallu l’acheter d’occasion. Ses pages jaunies par le temps en ont fait son charme. Le livre a été adapté au cinéma par James Ivory en 1987 avec James Wilby et Hugh Grant. Ce réalisateur a également adapté un autre roman de E.M. Forster : Chambre avec vue/Avec vue sur l’Arno.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s