Les désastreuses aventures des Orphelins Baudelaire – T1 Tout commence mal… de Lemony Snicket

Orphelins Baudelaire T1.jpg

Ce weekend je suis retombée en enfance. D’une part car dès que je rentre chez ma mère, je redeviens sa fille et non plus une adulte responsable, autonome et indépendante, et d’une autre part car j’ai relu le premier tome des Désastreuses aventures des orphelins Baudelaire.

Entre deux épisodes sur Netflix, une pub s’est affichée de la série inspirée de ces romans. Cette pub a déclenché quelque chose dans ma tête. Je me suis mise immédiatement en quête du Graal : ma collection des Orphelins Baudelaire. Je vide toutes les armoires car je sais que mes livres d’enfance se situent tout au fond. Je retombe sur ma collection de livres Mary-Kate et Ashley (j’aurais pu ne pas assumer mais j’étais vraiment fan), Sabrina l’apprentie sorcière, la sorcière Camomille, les Mystères Romains… Bim ! Une enfance de lecture qui me claque à la figure. Qu’ai-je fait ? Je veux tous les relire ! Quand soudain, je tombe enfin sur ce que je cherchais : les 5 premiers tomes des Orphelins Baudelaire.

Je me souviens de cette triste histoire d’enfants recueillis par un grand oncle effrayant suite au décès de leur parent dans un incendie. L’affreux comte Olaf avec cet oeil tatoué sur sa cheville. Ces yeux représentés partout dans le livre me faisait terriblement des frissons dans le dos. Mais je continuais tout de même ma lecture.

Le comte Olaf me faisait peur par son physique, grand, maigre, teint blafard, mais aussi par son attitude violente avec les enfants qu’il avait recueilli. Ma relecture me l’a reconfirmé.

Présentation des enfants :

  • Violette, 14 ans, ainée de la famille, passionnées de bricolage et d’invention. Détail particulier : elle attache ses cheveux d’un ruban pour mieux réfléchir sur sa prochaine invention.
  • Klaus, 12 ans, seul garçon de la fratrie. Passionné de livres, il lit absolument tous les genres : roman, histoire, économie, sciences. Détail particulier : il est une encyclopédie ouverte.
  • Prunille, bébé, dispose de 4 dents. Commençant tout doucement la communication, son langage est souvent mal interprété mais toujours traduit par le narrateur. Détail particulier : elle mord très fort les doigts des gens qu’elle n’aime pas.

Ce qui peut marqué dans ce roman est la voix du narrateur, Lemony Snicket. Il a son propre rôle et apporte parfois des commentaires personnels. Son regard cynique est perceptible dès la 4e de couverture. Il conseille d’ailleurs à plusieurs reprises au lecteur de cesser sa lecture car l’histoire ne se terminera de toute manières pas bien.

Impossible pour les enfants d’échapper au terrible comte Olaf et pourtant ils vont faire preuves d’imagination et de collaboration pour trouver la liberté.

 

J’ai beaucoup aimé me replonger de cette lecture que j’ai lu en un trajet de train. J’ai encore les 4 prochains tomes à lire et peut-être je rachèterai les suivants pour enfin terminer cette série !

 

Découvrir le tome 2 des Désastreuses aventures des Orphelins Baudelaire :

4 réflexions sur “Les désastreuses aventures des Orphelins Baudelaire – T1 Tout commence mal… de Lemony Snicket

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s