L’étranger d’Albert Camus

l etranger camus

De temps en temps, je me lance dans des classiques que je n’ai pas eu le chance de découvrir pendant ma scolarité. Cette fois-ci je me suis tournée vers L’étranger de Camus. De cet auteur, je connaissais les romans La Peste et L’étranger. J’ai choisi ce dernier au hasard.

Au début de ma lecture, on m’avait dit « Tu vas voir c’est passionnant, c’est mon préféré de l’auteur ». J’ai donc commencé ma lecture pleine d’enthousiasme alors que je n’avais même pas lu le résumé.

Au fur de la lecture, on découvre le contexte historique. L’histoire se déroule à Alger dans les années 40, donc lorsque l’Algérie était une colonie française. Pour mieux m’encrer dans le paysage, j’ai fait quelques recherches de photos de cette période et j’ai été surprise de découvrir un petit Paris architectural et très moderne.

Résultat de recherche d'images pour "alger années 40"

Premières lignes du roman :

« Aujourd’hui, maman est morte. Ou peut-être hier, je ne sais pas. J’ai reçu un télégramme de l’asile: « Mère décédée. Enterrement demain. Sentiments distingués. » Cela ne veut rien dire. C’était peut-être hier. »

Le personnage principal, Meursault, est une personne sans caractère. Il est compliqué de définir quelqu’un de parfaitement banal. Il travaille dans un commerce et il apprécie aller se baigner le weekend. Ce qui peut être plus original est son environnement. Son voisin martyrise son chien tandis que l’autre voisin veut punir sa maitresse. Meursault donne l’impression qu’il n’a d’avis sur rien. La phrase qui revient le plus régulièrement est « cela m’est égal ». A chaque fois qu’on lui demande de faire quelque chose, il ne cherche pas à savoir si c’est bien ou mal, il le fait. Cela me rappelle vaguement le film Yes Man, l’homme qui dit oui à tout.

Cet homme vit au premier degré. Il n’y a jamais de réflexion profonde, de second sens aux phrases. Ce manque d’analyse et de recul pourrait s’apparenter à de la stupidité et pourtant ce n’est pas le mot que l’on emploierait le concernant.

« En me réveillant, j’ai compris pourquoi mon patron avait l’air mécontent quand je lui ai demandé mes deux jours de congé : c’est aujourd’hui samedi. Je l’avais pour ainsi dire oublié, mais en me levant, cette idée m’est venue. Mon patron, tout naturellement, a pensé que j’aurais ainsi quatre jours de vacances avec mon dimanche et cela ne pouvait pas lui faire plaisir. Mais d’une part, ce n’est pas de ma faute si on a enterré maman hier au lieu d’aujourd’hui et d’autre part, j’aurais eu mon samedi et mon dimanche de toute façon. Bien entendu, cela ne m’empêche pas de comprendre tout de même mon patron. »

On rentre dans l’absurdité totale lorsque cet homme sans histoire se fait arrêter pour meurtre et l’on suit son procès. L’analyse du comportement psychologique de Meursault par le jury est aberrante. La défense est faible car déstabilisée par les propos de Meursault; honnêtes, trop peut-être.

« J’ai compris alors qu’un homme qui n’aurait vécu qu’un seul jour pourrait sans peine vivre cent ans dans une prison. Il aurait assez de souvenirs pour ne pas s’ennuyer. Dans un sens, c’était un avantage »

La lecture est agréable et fluide et pourtant j’en suis sortie aussi déstabilisée que l’avocat de Meursault. Le meurtre parait tellement inexplicable et en même temps mérite justice. Meursault est un personnage difficile à comprendre. Sa naïveté est troublante. Ce livre invite à revoir les définitions de la culpabilité, du regret, de l’intégration dans la société, de la marginalité… Il s’agit d’un roman où les discussions qui en suivent la lecture sont plus intéressantes que la lecture elle-même.

8 réflexions sur “L’étranger d’Albert Camus

  1. Anoki dit :

    Je l’ai lu il y a des années lorsque j’étais plus jeune, mais je n’en ai aucun souvenirs particuliers. Je pense surtout que c’est justement ce personnage plat et sans saveur qui ne m’a pas fait apprécier ma lecture, en tout cas ce livre n’est définitivement pas ma tasse de thé ^^

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s