La cité du Feu Sacré – The Mortal Instruments (T6) de Cassandra Clare

Alerte SPOILER

Ça y est. Je viens de terminer la sage The Mortal Instruments ! J’ai mis plus de temps que prévu car j’ai fait une pause en plein milieu du livre du 800 pages en mai dernier. Il y avait trop de longueurs, les personnages prenaient trop de temps à prendre des décisions stratégiques. On passait trop de temps à nous raconter les histoires en parallèle.

Car dans ce tome, Clary et sa bande doit tuer Sebastien/Jonathan pour que ce dernier ne détruise pas la race des Nephilims (les chasseurs d’Ombres). Le clan des vampires est désormais géré par Maureen, l’ado cinglée fan de Simon, notre vampire préféré; Jordan a été tué par Sebastien devant Maia et les Preator Lupus ont été réduits à néant; une partie des Nephillims a été converti en Obscurs répondant aux ordres de Sebastien grâce à la Coupe Mortelle; et Frère Zachariah n’est plus frère Silencieux mais redevient un chasseur d’ombre plutôt sexy.

Sebastien a toujours ses problèmes relationnelles avec sa soeur et Jace, son frère « de lait » (l’inceste est son quotidien). Le trouple/couple à trois a du mal à se construire mais Sebastien fera tout pour parvenir à ses fins. Il est possessif maladif, Clary et Jace lui appartiennent.

Sebastien pris Jace par la nuque et se pencha vers lui, si bien que leurs fronts se touchaient presque.
– Clary et moi, nous sommes pareils. Quant à toi… tu es mon miroir. Un jour, c’est moi qu’elle choisira, je peux te l’assurer. Et tu seras la pour le voir.

Avec son ego surdimensionné, son but ultime est de régner sur le monde. Sa destiné, son sang, son nom doivent être connus de tous et respectés. Même si on ne soutient pas l’idée, il a tout de même un certain don pour la narration et la mise en scène qu’on ne pourrait lui reprocher. On le voit en particulier dans son discours ci-après.

Rouge comme le soleil couchant, rouge comme le feu et le sang, reprit-il d’une voix indolente. Rouge comme le noyau d’une comète qui se consume en touchant l’atmosphère. Nous sommes les Morgenstern, ajouta-t-il d’un ton lugubre. Les étoiles du matin. Les enfants de Lucifer, le plus beau de tous les anges de Dieu. Nous sommes tellement plus séduisants lorsque nous déchirons. (Il marqua une pause.) Regarde-moi, Clary. Regarde-moi.

Illustration par Cliff Nielsen – Sebastien/Jonathan

Après plusieurs longueurs, la deuxième partie se déroulant dans le royaume d’Edom, le royaume des Enfers, redonne un peu de rythme au livre. Un peu de suspens et de tension. Le paysage est lunaire et mystérieux, on se croirait tout droit envoyé dans un décor de jeu vidéo. La situation est d’ailleurs comparée à plusieurs reprise à un jeu vidéo par Simon qui est un grand habitué de jeu de rôle dans Dragons et Donjons. Alors que l’histoire commence à décoller et devenir captivante, on est régulièrement interrompu par les autres histoires qui ont lieu en parallèle (les décisions prises à l’Enclave d’un côté et par les loups garous de New York de l’autre). C’est lassant, je les lis en diagonale pour vite revenir à l’histoire principale. Une fois cette épisode intense terminé, on a à nouveau quelques longueurs sur la fin, en particulier l’épilogue.

En effet, on s’attarde très clairement sur Julian et Emma. Ces deux personnages et leurs familles respectives n’ont, à mon gout, aucune valeur ajoutée dans cette saga. Très clairement, l’autrice fait des préparations paiement en vue d’une suite autour de leurs personnages. Et ma théorie a été confirmée quand j’ai vu qu’il y avait bien une suite – The Mortal Instruments Renaissance – dont les personnages principaux sont (roulement de tambours)… Emma et Julian !

Globalement j’ai beaucoup aimé l’univers de cette saga, très originale. J’étais assez dubitative au départ par son côté romance pour ado avec des loups garous, des vampires, des fées et tutti quanti. Mais l’ensemble fonctionne très bien. J’ai aussi aimé le fait que certains personnages ou évènements ont été inspirés de l’Ancien Testament. J’ai à plusieurs reprises faire des recherches pour dévouvrir des histoires de la Bible que je ne connaissais pas.
Bon, évidemment Clary et Jace pouvaient parfois taper sur les nerfs par le niaiserie adolescente mais c’est le jeu. C’est toujours le problème avec ce type de lecture. Les univers sont très originaux mais l’histoire est toujours basée sur une trame de cercle amoureux adolescent.

Cette saga ne surpasse pas Harry Potter, Hunger Games ou Divergente mais je la mettrai bien en 4e position dans mon top !

Découvrir l’univers de The Mortal Instruments :

5 réflexions sur “La cité du Feu Sacré – The Mortal Instruments (T6) de Cassandra Clare

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s