Claudine à l’école de Willy et Colette

claudine-a-lecole-coletteRésumé : 

« Ces quatre-là et moi, nous formons cette année la pléiade enviée, désormais au-dessus des « grandes », qui aspirons au brevet élémentaire. » Avec Claudine, quinze ans, intelligente, séduisante, très avertie, ses camarades, la flamboyante directrice de l’école et sa jolie adjointe, les deux instituteurs des garçons et quelques autres, nous allons vivre une année scolaire peu banale… Rempli de vie et de sensualité, Claudine à l’école, premier roman de Colette, réunit déjà toutes les qualités qui assureront l’immense succès du grand écrivain.

L’auteur :

Née en 1873 à Saint-Sauveur-en-Puisaye (Yonne), Sidonie Gabrielle Colette y vit jusqu’à son mariage en 1893 avec Henri Gauthier-Villars, dit Willy. C’est lui qui l’incitera à écrire la série des quatre Claudine (1900-1904). Divorcée en 1906, elle devient mime tout en continuant à écrire – romans ou souvenirs : Les Vrilles de la vigne, La Vagabonde, Dialogues de bêtes, La Retraite sentimentale ou encore L’Envers du music-hall. Elle donne des articles au Matin dont elle épouse le rédacteur en chef, Henri de Jouvenel, en 1912. Elle divorce en 1924, se remarie en 1935 avec Maurice Goudeket. Membre de l’Académie royale de Belgique (1936) et de l’académie Goncourt (1944), elle meurt à Paris en 1954. Par son style et par l’ampleur de son œuvre, elle se classe parmi les meilleurs écrivains du XXe siècle.

Editions : Le livre de poche

Année de publication : 1900

Année d’édition : 2010

Nombre de pages : 255

Mon avis :

Colette sonne à mes oreilles comme un auteur classique à lire au moins une fois dans sa vie. Ainsi, régulièrement, j’apprécie découvrir les classiques de la littérature française. Cette fois-ci je me plonge dans l’univers de Colette et Willy grâce à Claudine à l’école.

J’ai tout d’abord été surprise par la facilité de lecture, un peu comme je l’ai été avec Jules Verne. Préjugés ! Ce sont des narrations relativement fluides malgré la manière de parler de l’époque.

Claudine à l’école. L’école de Montigny-en-Fresnes. La France rurale. Nous sommes à l’époque des écoles non mixtes, les filles portent des robes en gaze et s’embellissent de leurs plus beaux rubans. Élèves, enseignants et parents se retrouvent gentiment au bal du villageLire la suite