La dame dans l’auto avec des lunettes et un fusil de Sébastien Japrisot

la-dame-dans-lautoRésumé : 

Elle est la plus blonde, la plus belle, la plus myope, la plus sentimentale, la plus menteuse, la plus vraie, la plus déroutante, la plus obstinée, la plus inquiétante des héroïnes. La dame dans l’auto n’a jamais vu la mer, elle fuit la police et se répète sans cesse qu’elle n’est pas folle… Pourtant… Ce qui lui arrive est à n’y rien comprendre. On lui a cassé la main, dans une station-service. Juste la main, sans lui prendre l’argent. Comme pour lui dire que partout, où qu’elle soit, on pourra lui faire mal, par petits bouts, jusqu’à la fin, que jamais, quelle que soit la fuite, elle ne pourra être seule, libérée de ce qu’elle sait, du passé et de ce qu’elle cache…

L’auteur : 

Sébastien Japrisot, né à Marseille en 1931, a fait ses études chez les jésuites, puis en Sorbonne. A dix-sept ans, il publie sous son vrai nom (Jean-Baptiste Rossi) un roman, Les mal partis, qui obtient en 1966 le prix de l’Unanimité (décerné par un jury qui comprend Jean-Paul Sartre, Aragon, Elsa Triolet, Arthur Adamov, Jean-Louis Bory, Robert Merle). Il traduit, à vingt ans, L’attrape-coeur de Salinger, et plus tard Les Nouvelles. Après une expérience de concepteur et de chef de publicité dans deux grandes agences parisiennes, il publie coup sur coup Compartiment tueurs et Piège pour Cendrillon (Grand Prix de littérature policière), qui rencontrent d’emblée la faveur de la critique et du public. Succès que viendra confirmer La dame dans l’auto avec des lunettes et un fusil (Prix d’honneur en France, Best Crime Novel en Grande-Bretagne). Après une période où il écrit directement pour le cinéma (Adieu l’ami, Le passager de la pluie, La course du lièvre à travers les champs), il revient à la littérature avec L’été meurtrier (prix des Deux-Magots 1978, César de l’adaptation cinématographique 1984) puis avec La passion des femmes. La plupart de ses livres ont été portés à l’écran. Traduit dans de nombreux pays (Europe, Amérique, Japon, pays de l’Est), considéré comme l’un des écrivains français les plus lus à l’étranger et prix Interallié 1991 pour un Long dimanche de fiançailles, Sébastien Japrisot est mort le 6 mars 2003.

Editions : Folio Policier

Année de publication : 1966

Année d’édition : 2005

Nombre de pages : 311

Mon avis :

« Ca te dirait de venir voir La dame dans l’auto avec des lunettes et un fusil au cinéma ? Tu ne connais pas ? J’ai lu le livre au lycée, il faut absolument que tu le lises ! ». Avec un titre pareil, mon ami Quentin m’avait convaincue de me lancer dans cette lecture. Une semaine plus tard, il m’avait rapporté son exemplaire.

Lire la suite

Un avion sans elle de Michel Bussi

un avion sans elle michel aussi

Résumé : 

23 décembre 1980. Un crash d’avion dans le Jura. Une petite libellule de 3 mois tombe du ciel, orpheline. Deux familles que tout oppose se la disputent. La justice tranche : elle sera Émilie Vitral. Aujourd’hui, elle a 18 ans, la vie devant elle mais des questions plein la tête. Qui est-elle vraiment ? Dix-huit ans que Crédule Grand-Duc, détective privé, se pose la même question. Alors qu’il s’apprête à abandonner, la vérité surgit devant ses yeux, qu’il referme aussitôt, assassiné. Il ne reste plus qu’un vieux carnet de notes, des souvenirs, et Marc, son frère, pour découvrir la vérité… Cet ouvrage a reçu le prix Maison de la presse

L’auteur : 

Michel Bussi est professeur de géographie à l’Université de Rouen. En tant que chercheur, il publie différents ouvrages et articles scientifiques sur le domaine de la géographie politique. Il commence à écrire en 2006 avec un livre feuilleton puis sort son premier roman en 2007 du nom de Omaha Crimes. Il continue les romans policiers récompensés par divers prix avant de publier en 2012 Un avion sans elle qui sera prochainement adapté au cinéma. En 2014, il retourne dans son décor favoris qui est la Normandie avec la parution de N’oublier jamais. Son dernier roman, Maman a tort, paru le 7 mai 2015, connaît déjà un grand succès.

Editions : Pocket
Année de publication : 2012
Année d’édition : 2013
Nombre de pages : 573

Mon avis :

Un avion sans elle fait référence à la chanson de Charlélie Couture du même nom mais pas de la même écriture. Difficile de ne pas l’avoir en tête à chaque fois que l’on lit le titre du roman.

Un accident d’avion dans le Jura. A bord deux nourrissons. Même âge, même sexe. Mais un seul a survécu ? Qui est cet enfant ? Quelle famille doit en avoir la garde ?
ur le fond d’un procès concernant l’avenir de l’enfant, le détective privé Crédule Grand-Duc (nom complètement étrange) mène son enquête sur l’identité de l’enfant, « la libellule ».   Lire la suite

Le train de 16h50/La plume empoisonnée d’Agatha Christie

Résumé :

 
Le train de 16h50
Les deux trains roulaient en parallèle quand soudain Mrs McGillicuddy vit, horrifiée, un homme qui étranglait une femme. Puis le train de 16h50 disparut. Mais qui allait croire une vieille dame ?
 
La plume empoisonnée
Des lettres anonymes fantaisistes déferlent sur le petit village de Lymstock. Et si l’une d’elles finissait par toucher juste ?
 
L’auteur :
 
Agatha Christie, née Agatha Mary Clarissa Miller, était une femme de lettres britannique, auteur de très nombreux romans policiers à succès. 
Son nom est associé à celui de deux héros récurrents : Hercule Poirot, détective professionnel et Miss Marple, détective amateur. 
Elle a aussi écrit plusieurs romans sous le pseudonyme de Mary Westmacott.
Agatha Christie a publié 66 romans, 154 nouvelles et 20 pièces de théâtre traduits dans le monde entier. 
La majeure partie de ses romans et nouvelles a été adaptée au cinéma, à la télévision ainsi qu’au théâtre, en particulier Le Crime de l’Orient-Express, Dix petits nègres, Mort sur le Nil, Le Train de 16 h 50 ou Le Meurtre de Roger Ackroyd.
L’oeuvre d’Agatha Christie fait partie des plus lues dans le monde entier, avec celle de Shakespeare et la Bible.
 
Editions : France Loisirs
Année de publication : 1957/1942
Année d’édition : 1999
Nombre de pages : 515
Mon avis : 
 

Lire la suite

L’Appel du Coucou de Robert Galbraith

l'appel du coucou robert galbraith couverture

Résumé : 

 

Une nuit d’hiver, dans un quartier chic de Londres, le célèbre mannequin Lula Landry est trouvée morte, défenestrée. Suicide. Affaire classée. Jusqu’au jour où l’avocat John Briscow, frère de la victime, frappe à la porte du détective privé Cormoran Strike. Strike est au bout du rouleau : ex-lieutenant dans l’armée, il a perdu une jambe en Afghanistan, sa carrière de détective est au point mort et sa vie privée un naufrage. Aidé par une jeune recrue intérimaire virtuose de l’Internet, Strike est chargé d’enquêter sur la mort de Lula. De boîtes de nuit branchées en hôtels pour rock-stars assaillies par les paparazzi, en passant par un centre de désintoxication et le manoir où se meurt la mère adoptive de Lula, Strike va passer de l’autre côté du miroir glamour de la mode, dont les reflets chatoyants dissimulent un gouffre de secrets, de trahisons, de manoeuvres inspirées par la vengeance. Avec son intrigue haletante et sa galerie de personnages plus vrais que nature, L’Appel du Coucou, premier volet des aventures du détective Strike, emprunte à la fois au classicisme d’un Chandler, d’une Agatha Christie ou d’une P.D. James. Un coup de maître. 

 

L’auteur :

 

Robert Galbraith est le pseudonyme de J.K. Rowling, auteur de la série Harry Potter et de Une Place à prendre.
Joanne Kathleen Rowling est née en 1965 en Angleterre où elle a grandi. Elle commence à imaginer la saga Harry Potter dès la fin des années 90, après ses études de lettres. Si J.K. Rowling achève le premier tome de la série en 1993, Harry Potter à l’école des sorciers n’est publié qu’en 1997 par Bloomsburry en Angleterre, puis en 1999 par Gallimard en France. Les prix littéraires remis aux premiers tomes, et surtout le formidable bouche à oreille des cours de récréation font de Harry Potter un sorcier mondialement connu. Le septième et dernier volume de la série est paru en 2007. Auteur d’un phénomène éditorial inédit qui bouleverse tous les repères de la littérature jeunesse, JK Rowling a vu son œuvre récompensée par le Prix Andersen en 2010. En 2012, elle publie son premier roman pour adultes Une place à prendre.

 

Editions : Grasset
Année de publication : 2013
Nombre de pages : 576

Lire la suite

Mais qui a tué Harry ? de Jack Trevor Story

Résumé :

 
Le problème avec Harry, c’est son cadavre étendu sous les fougères du vert paradis de la petite communauté très british de Sparrowswick… Une lande bruissante de gazouillis, un endroit où vivre et mourir, un nid d’amour où flirter le temps d’un été, une pelle à la main, un mort sur les bras… Plusieurs fois découvert, caché, enterré, exhumé au cours d’une journée, le mort aux chaussettes rouges sera le révélateur des élans secrets des villageois, chacun ayant de bonnes raisons d’être soupçonné.
 
L’auteur :
 
Ecrivain britannique, Jack Trevor Story a publié plusieurs dizaines de romans, touchant à divers genres, de la série policière au western. Il est le créateur de plusieurs séries policières populaires (Pinetop Jones, Albert argyle, Horace Spurgeon Fenton). Autodidacte, son oeuvre est marquée par la culture ouvrière et par les aléas de sa fortune personnelle, qu’il s’agisse de ses amours agitées ou de revers financiers. Sa vie tumultueuse, sa désinvolture, son humour et son sens de l’empathie le rapprochent de son maître en écriture William Saroyan. Mais qui a tué Harry ? est son livre le plus célèbre.
 
Editions : Cambourakis
Année de publication : 1949
Année d’éditions : 2013
Nombre de page : 157

 
Mon avis :

Lire la suite