Boule de Suif de Maupassant

Ce livre a été lu dans le cadre du challenge Retour à l’école, relecture de livres étudiés en classe.

Boule de Suif c’est le livre qui a marqué toute mon année de 4e. Déjà parce que je ne l’avais pas du tout aimé. Ennuyant à mourir, j’avais fini par le lire en diagonale. Ce qui me valut la magnifique note de 6,5/20 lors de l’interro de français et une heure de colle à cause de la mauvaise note. Traumatisant. Et ensuite car, avec mes copines de colle (elles aussi avaient eu une mauvaise note), nous avons commencé à nous surnommer les Boules de Suif, qui est rapidement devenu un nom de code entre nous – BdS – jusqu’à la fin du collège.

Bref j’appréhendais beaucoup la lecture de ce livre. Est-ce qu’il va moins m’ennuyer 15 ans plus tard ? Est-ce que l’histoire en valait vraiment la peine ?

L’histoire d’ailleurs, il est temps de la présenter. Dans un Rouen occupé par l’armée Prusse, un fiacre se prépare à partir pour Le Havre. A bord : 3 couples de la haute bourgeoisie, 2 religieuses, 1 résistant qui estime être plus utile ailleurs (ou déserteur..?) et une prostituée surnommée Boule de Suif qui fuit après avoir refusé d’ouvrir son garde manger à un général ennemi. 

Lire la suite

L’Ingénu de Voltaire

ingenu voltaire couverture

Toujours dans le cadre du Challenge Retour à l’école, je continue ma (re)lecture de certains classiques de l’école. Cette fois-ci je m’attaque à Voltaire avec L’Ingénu qui est pour celui-là, une découverte.

L’Ingénu est un Indien originaire du Canada (Huron) en voyage en France. Il ne connait pas les codes de la société européenne et est vite considéré comme naïf. Cette histoire sous forme de conte invite à une réflexion philosophique et dénonce en seconde lecture les défauts de la société grâce à l’ironie.

Interprétation libre de la Bible

Arrivé fraîchement en France, l’ingénu se fait adopté par M. de Saint-Yves qui reconnait en lui le fils de son frère et sa belle-soeur. La jeune Mlle de Saint-Yves, soeur de l’abbé de Saint-Yves tombe sous le charme de cet étranger à l’honnêteté surprenante. Mais pour commencer, l’abbé souhaite le baptiser. Il lui faire lire la Bible que l’Ingénu interprète au pied de la lettre. Il souhaite donc se faire circoncire comme indiqué dans les textes mais l’abbé, effrayé par cet acte, lui affirme que le baptême fera l’affaire. Puis au moment de se confesser avant le baptême, l’Ingénu surprend son confesseur en lui demandant de se confesser également car il est écrit « confessez vous les uns des autres ». Il continue ses originalités en attendant nu comme un ver dans une rivière qu’on le baptise tout comme l’eunuque de la reine Candace qui s’est fait baptiser dans une rivière. L’abbé et ses amis sont déstabilisés devant cet homme qui ne connait pas leurs procédés.

Lire la suite

En attendant Godot de Samuel Beckett

Dans le cadre du Challenge Retour à l’école, je me suis lancée dans la lecture (ou relecture) de classiques étudiés à l’école. J’ai rapatrié tous mes livres d’école de ma maison d’enfance à chez moi et j’ai simplement commencé par le premier de la pile : En attendant Godot de Samuel Beckett.

Il s’agit d’une pièce de théâtre relativement récente puisque Samuel Beckett l’a écrite en 1953. Cet Irlandais ayant vécu un temps à Paris, met en scène deux protagonistes Vladimir et Estragon qui attendent Godot quelque part en France. Il n’y aura pas plus d’indication sur la localisation, ni sur qui est Godot.

J’ai d’abord été très surprise par le ton de l’humour absurde dès le départ. Moi qui m’attendais à un classique au ton sérieux… Je préfère ça ! Pendant plusieurs minutes, Estragon et Vladimir (Gogo et Didi pour les intimes) débattent de la douleur aux pieds que procurent les chaussures d’Estragon.

VLADIMIR. – Qu’est-ce que tu fais ?
ESTRAGON. – Je me déchausse. Ça ne t’est jamais arrivé, à toi ?
VLADIMIR.
– Depuis le temps que je te dis qu’il faut les enlever tous les jours. Tu ferais mieux de m’écouter.
ESTRAGON (faiblement). – Aide-moi !
VLADIMIR.
– Tu as mal ?
ESTRAGON. – Mal ! Il me demande si j’ai mal !
VLADIMIR (avec emportement). – Il n’y a jamais que toi qui souffres ! Moi je ne compte pas. Je voudrais pourtant te voir à ma place. Tu m’en dirais des nouvelles.
ESTRAGON. – Tu as eu mal ?
VLADIMIR. – Mal ! Il me demande si j’ai eu mal !
ESTRAGON (pointant l’index). – Ce n’est pas une raison pur ne pas te boutonner.

Lire la suite

Nouveaux dans ma PAL #aout2020

Alors que mon rythme de lecture réduit de jour en jour, ma PAL continue de grandir ! Voici les nouveaux qui ont rejoint presque 90 livres en attente d’être lus…

Le Barbier de Seville de Beaumarchais

Dans le cadre du Challenge Retour à l’école, j’ai prévu de lire Le Mariage de Figaro de Beaumarchais. Mais en lisant la préface j’ai découvert qu’il s’agit de la suite du Barbier de Séville, où y apparaît Figaro justement ! Alors je me suis dit, autant les lire dans l’ordre.

Leurs enfants après eux de Nicolas Mathieu

Le comédien Vincent Dedienne a publié cet été une jolie photo mélancolique sur Instagram de jeunes personnes se baignant près d’un lac lui rappelant le roman vainqueur du prix Goncourt de Nicolas Mathieu, Leurs enfants après eux. L’ambiance de la photo me plaisant bien, je l’ai pré-commandé en poche.

The subtil art of not giving a F*ck de Mark Monson

L’art subtil de s’en foutre. Conseillé à plusieurs reprises, j’ai décidé de me laisser tenter par la lecture de ce recueil de développement personnel inspiré du blog de l’auteur.

« Se fondant sur des recherches scientifiques et ponctuant son récit de blagues bien placées, Manson affirme que ce n’est pas notre habileté à transformer des citrons en limonade qui nous permettra d’améliorer nos vies, mais plutôt notre capacité à bien les digérer. »

L’Énigme de la Chambre 622 de Joël Dicker

Et le petit dernier est mon cadeau d’anniversaire de la part de mes plus fidèles lecteurs (mes grand-parents). J’ai lu il y a quelques années La vérité sur l’Affaire Harry Québert que j’avais beaucoup aimé et je m’étais dit qu’il faudrait lire d’autres romans de cet auteur suisse (et plutôt beau gosse…). J’ai hâte de commencer ce thriller se déroulant dans les Alpes suisses.

Zaï zaï zaï zaï de Fabcaro

zai zai zai couvertureJ’ai découvert cette BD sur le blog de Panda Laveur qui de façon générale me fait beaucoup rire dans ses chroniques. Elle avait fait l’éloge de cette BD grâce à son humour absurde. Et c’était un excellent conseil !

Un auteur de bande dessinée, alors qu’il fait ses courses, réalise qu’il n’a pas sa carte de fidélité sur lui. La caissière appelle le vigile, mais quand celui-ci arrive, l’auteur le menace et parvient à s’enfuir.
La police est alertée, s’engage alors une traque sans merci, le fugitif traversant la région, en stop, battant la campagne, partagé entre remord et questions existentielles.
Assez vite les médias s’emparent de l’affaire et le pays est en émoi. L’histoire du fugitif est sur toutes les lèvres et divise la société, entre psychose et volonté d’engagement, entre compassion et idées fascisantes. Car finalement on connaît mal l’auteur de BD, il pourrait très bien constituer une menace pour l’ensemble de la société. Lire la suite