Tu n’as rien à craindre de moi de Joann Sfar

couv-sfar.jpgRésumé : 

C’est l’histoire des meilleurs moments de l’amour : ils se rencontrent, se regardent, se parlent des nuits entières, s’aiment sans cesse… il la peint, elle s’amuse à être peinte… et après ?

Joann Sfar, l’auteur du Chat du Rabbin, nous livre dans cet album plein de vie une variation libre, brillante et enlevée sur le binôme éternel que forment la création et l’amour.

L’auteur : 

Joann Sfar est né en 1971. Dès ses premiers pas dans la bande dessinée, il s’est affirmé comme l’un des chefs de file de cette nouvelle génération d’auteurs, apparus dans les années 1990. Auteur d’une centaine d’albums comme dessinateur, scénariste ou les deux à la fois, on lui doit quelques sagas comme Le Chat du rabbin, Donjon (qu’il coécrit avec son complice Lewis Trondheim), Pacsin ou Le Petit Vampire.

Histoire de remplir encore plus un quotidien déjà surchargé, il s’est mis en tête de devenir réalisateur de films, avec Gainsbourg (vie héroïque), récompensé par un César, et l’adaptation en dessin animé du Chat du rabbin, récompensé par un autre César. Mais il n’a pas cessé pour autant de se consacrer à la bande dessinée. Il continue chaque jour à dessiner sans relâche et à publier des albums, comme Les Lumières de la France, Klezmer ou Chagall en Russie. D’après ses proches, il paraît qu’il trouve aussi le temps de dormir et de s’occuper de ses enfants.

Editions : Rue de Sèvres

Année de publication : 2016

Nombre de pages : 98

Mon avis : 

Joann Sfar ne m’est pas inconnu puisque Le Chat du Rabbin se trouve dans la bibliothèque familiale sans que je ne l’eusse jamais lu. J’ai commencé à le connaître à travers le film Gainsbourg, Vie Héroïque et encore plus lors d’une émission avec les dessinateurs de Charlie Hebdo. Cet homme a une façon de s’exprimer qui est envoûtante. Il a des opinions bien tranchées qu’il parvient à partager avec enthousiasme et un discours qui pourrait en convertir plus d’un. Joann Sfar est également un homme qui touche à tout : dessinateur, réalisateur, journaliste, écrivain… Son art n’a pas de limite et tout semble lui réussir. Lire la suite

Publicités

La tectonique des plaques de Margaux Motin

la tectonique des plaques motin couvertureRésumé :

« Tout est sur le point de changer et rien ne pourra arrêter ça. C’est la nature, c’est la tectonique des plaques. »

Being Human, saison 1, épisode 1.

Margaux est une mère de 35 ans qui élève seule sa fille et vit une nouvelle histoire d’amour avec son meilleur ami pour qui elle décide de changer radicalement.

L’auteur :

Margaux Motin est illustratrice free lance et travaille pour la presse, l’édition et la publicité.

Après un baccalauréat L option arts plastiques, Margaux Motin fait un BTS Communication visuelle à l’École nationale supérieure des arts appliqués et des métiers d’art.

En 2009, elle collabore avec Florence Foresti pour les illustrations du DVD de son spectacle « Mother Fucker ».

Margaux Motin, illustratrice adulée de la « blogosphère », sort sa première BD « J’aurais adoré être ethnologue » en 2009. Un livre tout à son image: drôle, poétique, provocateur et terriblement attachant.

Elle sort ensuite « La théorie de la contorsion » en 2010, « La tectonique des plaques » en 2013, « Oui! 101 questions à se poser avant de se marier » et « Margaux Motin rencontre la femme parfaite est une connasse » en 2015.

Année de publication : 2013

Editions : Tapas

Nombre de pages : 192

Mon avis :

Comme j’ai commencé cette série dans le désordre, je continue sur ma lancée ! Donc La tectonique des plaques est le dernier album de la série plutôt autobiographique de Margaux Motin.

On passe toujours un bon moment avec ces planches. Margaux baigne dans la mode, la vie parisienne, le laisser paraître et la vraie nature des gens. La narration vous laisse penser facilement « mais c’est tellement moi ça ! ». Lire la suite

La théorie de la contorsion de Margaux Motin

la-theorie-de-la-contorsion-margaux-motinRésumé :

Je suis quelqu’un d’assez souple, dans la vie, en général. J’veux dire, je m’adapte à peu près à toutes les situations. Mais dès qu’on essaie de me ranger dans des cases et de me coller des étiquettes, je suis trop nombreuses, on fait des crises de claustrophobie. C’est mauvais pour mon teint et en plus, après, je digère mal. Je veux bien être  » Mère « , ça me va.  » Illustratrice « , c’est cool.  » Fiiiille « , ça me satisfait, de toute façon, si je devais faire pipi debout, j’arrêterais pas de saloper mes godasses. Mais je ne peux pas être que ça, tout le temps. Je veux être libre d’être toutes les femmes que j’ai envie d’être, même celles auxquelles j’ai pas encore pensé, même celle que je ne pensais pas vouloir être y’a cinq minutes. Et ça me semble évident que ça serait archi pas écologique tout le papier qu’il faudrait pour coller des étiquettes à toutes ces bonnes femmes… Donc autant nous laisser courir toutes nues dans les champs de pâquerettes. CQFD.

L’auteur :

Margaux Motin est illustratrice free lance et travaille pour la presse, l’édition et la publicité.

Après un baccalauréat L option arts plastiques, Margaux Motin fait un BTS Communication visuelle à l’École nationale supérieure des arts appliqués et des métiers d’art.

En 2009, elle collabore avec Florence Foresti pour les illustrations du DVD de son spectacle « Mother Fucker ».

Margaux Motin, illustratrice adulée de la « blogosphère », sort sa première BD « J’aurais adoré être ethnologue » en 2009. Un livre tout à son image: drôle, poétique, provocateur et terriblement attachant.

Elle sort ensuite « La théorie de la contorsion » en 2010, « La tectonique des plaques » en 2013, « Oui! 101 questions à se poser avant de se marier » et « Margaux Motin rencontre la femme parfaite est une connasse » en 2015.

Année de publication : 2010

Editions : Marabout

Nombre de pages : 176

Mon avis :

Margaux Motin est repérée dès les premières pages : c’est une Parisienne ! Elle est également une fille moderne aux différentes facettes. Elle a bien compris qu’une femme a différents rôles : elle peut être à la fois mère, fille, épouse, ado attardée, délurée… Cette BD montre une compilation de toutes ces femmes qui cohabitent  l’intérieur de nous et qui arrivent portant à faire de nous des personnes « relativement » cohérentes. Ou complètement frappadingues pour d’autres. Lire la suite

What a wonderful world ! de Zep

whatawonderfulworld-zepRésumé :

L’auteur de Titeuf pose un regard sans concession sur l’actualité sociopolitique de son nombril. Il s’interroge sur la vanité des choses et s’engage pour un monde plus juste, sans guerre, sans peur de l’étranger et sans choux de Bruxelles.

L’auteur :

Zep est né à Genève en 1967. Il partage sa vie entre le dessin, la contemplation du monde et l’écoute de ses 33 tours de Bob Dylan. Il a réalisé une quarantaine d’albums de bande dessinée, traduits dans de multiples langues, comme le mandarin ou le créole. Il espère en faire encore beaucoup.

Edition : Delcourt

Année de publication : 2015

Nombre de pages : 192

Mon avis : 

J’ai connu Zep en lisant Titeuf dans mon enfance comme toutes personnes de mon âge. Puis j’ai entamé ma vie d’adulte en lisant ses autres BD Happy Sex, Happy Rock et Happy Girls. Quand j’ai vu ce nouvel album dans les rayons de la Fnac, c’était une évidence pour moi. Cependant je ne l’ai acheté que plusieurs jours plus tard après avoir lu, accroupie par terre entre deux rayons de BD, plus d’une trentaine de pages. Lire la suite

Les petites histoires viriles de Jeromeuh

petites-histoires-viriles-cle-de-lintrigueRésumé :

On a tous un pote comme Jeromeuh, gay, ultra-branché, à la recherche du grand amour et… un poil névrosé. Angoissé, maladroit, hypocondriaque, langue de vipère et dépensier, tous ses petits travers le rendent tellement attachant. D’autant qu’il aime se livrer avec une bonne dose d’autodérision. Galères avec les mecs, questions existentielles, aparté avec ses copines : tout y passe.

L’auteur :

Jeromeuh est un jeune auteur autodidacte qui anime depuis plusieurs années un blog particulièrement bien fréquenté – même s’il trouve ses statistiques encore largement à bonifier quand il se compare aux rois et reines de la Blogosphère. Peu importe finalement. Alors que le blog ne lui rapporte rien si ce n’est des échanges avec ses lecteurs, voici quelques uns de ses meilleurs gags imprimés. Comme quoi le papier reste l’aboutissement pour tout blogueur. Le dénicheur de ce talent chez Delcourt est Yannick Lejeune, cofondateur du Festiblog qui a rejoint Guy Delcourt pour y insuffler un coup de jeune et réfléchir sur la nouvelle donne numérique.

Editions : Delcourt

Année de publication : 2011

Nombre de pages : 95

Mon avis :

Cette BD est tellement divertissante ! Elle est drôle, légère et en même temps un peu cru. J’adore !

Jeromeuh dessine à la perfection les petites aventures du quotidien comme les problèmes de couple, sa relation avec sa « best friend », les questions existentielles… Jeromeuh, j’ai l’impression de le connaître en lisant ces histoires. D’ailleurs il me rappelle beaucoup quelqu’un (bisous mon chat si tu lis le blog). Lire la suite