Champion, Legend – Tome 3 de Marie Lu

Résumé : 

June et Day ont tout donné pour le peuple de la République et leur pays est à l’aube d’une nouvelle ère. Pourtant, alors qu’un traité de paix est sur le point d’être signé avec leur ennemi, un virus déclenche une vague de panique dans les Colonies et la guerre menace de nouveau les frontières. June et Day sont les seuls à détenir la clé pour défendre leur pays mais sauver la vie de milliers de personnes impose un sacrifice qui les fera renoncer à ce qu’ils ont de plus cher. Action et suspense sont au rendez-vous dans la conclusion incroyable de la trilogie de Marie Lu.

L’auteur :

Marie Lu adore les dystopies – peut-être est-ce parce qu’elle est née en 1984 ? C’est en regardant le film Les Misérables qu’elle a eu l’idée de mettre en scène un hors-la-loi de génie et une enquêtrice exceptionnelle au XXIe siècle ! Avant de se consacrer exclusivement à l’écriture, Marie Lu était directrice artistique d’un studio de jeux vidéo. Elle vit en Californie et Legend est sa première trilogie.

 

Editions : Castelmore
Année de publication : 2014
Nombre de pages : 436
Fait parti de la saga Legend.
Attention spoiler !

Mon avis :
Ca y est, c’est la fin. Champion est le dernier tome de la trilogie Legend. J’ai pu le découvrir grâce aux éditions Castelmore ainsi qu’à l’équipe de Livraddict que je remercie pour ce partenariat. Si vous ne l’avez pas déjà fait, voici mes chroniques du Tome 1 et du Tome 2.Après un revirement de situation à la fin du tome 2, June et Day décident finalement d’aider la République d’Amérique à se reconstruire grâce au nouvel Elector Anden et de tenter un compromis de paix avec les Colonies

 

Le premier détail qui m’a dérangé au début de ma lecture est le vouvoiement entre Anden et June. Au fil des deux derniers tomes, ils sont devenus plus proches dû à leur proximité quotidienne. De manière officiel je comprends le vouvoiement pour des raisons hiérarchiques, mais dans le cadre intime, je trouve ça peu naturel. Mais ce n’est pas vraiment un point négatif, c’est plutôt un choix de traduction.

 

Ce tome possède une forte connotation politique et j’ai été surprise de comprendre les stratégies des différents Etats. Normalement, je considère les débats politiques comme étant compliqués, longs et n’aboutissant pas forcément. Ici, les négociations entre deux pays sont compréhensibles par tous, même par une jeune fille de 15 ans, par exemple « Nous serons alliés si vous nous cédez des territoires ». 

 

En analysant la situation politique des pays, j’ai réalisé que la séparation entre la République d’Amérique et les Colonies rappelaient celle entre Berlin Est et Ouest. Berlin Ouest représente le capitalisme et la puissance des grandes entreprises alors que Berlin Est est plus conservatrice (oui moi aussi je simplifie la politique =) ). 

 

Dans ce dernier tome, nous découvrons un nouvel état : l’Antarctique. Ce pays fonctionne comme un jeu vidéo avec des points donnés aux citoyens en fonction des actions hebdomadaires effectuées. Le voyage de June et Anden dans ce pays est court, j’aurais aimé en apprendre plus . Par contre June va découvrir sur place comment est vue la République depuis l’extérieur. Elle va réaliser à quel point leur pays est en retard au niveau technologique et économique du fait de le diktat des politiques sur l’ensemble de la diffusion des connaissances. Pour autant, June découvre ces points sans pouvoir réagir étant prisonnière de l’éducation dirigée par les institutions qui sont la base de sa formation. 

 

La stratégie de guerre est bien élaborée et la scène finale est digne d’un bon film d’action. Cependant tout s’arrête dès que le héros est blessé. J’ai été surprise par le fait que les hôpitaux ne soient pas débordés avec des civils blessés et que les infrastructures n’ont pas été détruites par les explosions. Les derniers paragraphes sont tellement focalisés sur les sentiments de June qu’on ne voit pas les difficultés auxquelles la République pourrait faire face après la guerre.

 

Comme la scène finale pleine d’explosions et de héros qui courent dans tous les sens, on retrouve d’autres scènes classiques du cinéma pour ce dernier tome. Par exemple, il y a le changement de camp au dernier moment d’un personnage que l’on pensait mauvais ou la fameuse scène de baiser dans une chambre d’hôtel avec du champagne. 

 

Globalement je reproche comme aux anciens tomes une simplicité dans le style d’écriture. Cependant j’ai pu constaté que j’étais vraiment prise dans l’histoire et que j’ai lu ce roman rapidement. Et la fin m’a émue. Je sentais que l’histoire prendrait cette tournure mais ça a fait son petit effet sur moi quand même. Les sentiments des personnages se sont diversifiés et développés au cours des tomes. La relation entre June et Day est plus élaborée ainsi que leurs caractères.
Malgré la simplicité du style d’écriture, Legend est une trilogie agréable à lire, pleine d’action et de rebondissements. En utilisant des scènes classiques de films d’action et des romans de science-fiction, Marie Lu réussit sans risque flagrant son intégration au monde de la dystopie.

 
Ma note : 8/10
Publicités

7 réflexions sur “Champion, Legend – Tome 3 de Marie Lu

  1. Marinette dit :

    C'est bon !!! J'ai lu le livre, donc je suis de retour par ici ^^ Découvrir l’Antarctique, avec Ross City, est un des points que j'ai le plus aimé dans ce troisième tome, très original. Même si, c'est vrai, j'aurai également aimé en apprendre encore plus. Une fin qui m'a beaucoup plu. Un très bon dernier tome =D

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s